Loreena McKennitt lance une chanson en hommage aux soldats morts à Vimy

banière

POUR PUBLICATION IMMÉDIATE                                                                                                                                                                                                                                                             Le 6 novembre 2017

COMMUNIQUÉ DE LA PRESSE CANADIENNE

 

Loreena McKennitt lance une chanson en hommage
aux soldats morts à Vimy

Le produit des ventes numériques effectuées au Canada
sera versé au Fonds Appuyons nos troupes

STRATFORD, en Ontario – La chanteuse canadienne primée Loreena McKennitt a diffusé une chanson sur l’amour, le dévouement et le sacrifice des familles pour souligner le jour du Souvenir.

L’inspiration de cette chanson, intitulée Breaking of the Sword, est venue à Mme McKennitt durant la cérémonie tenue en avril au Mémorial national du Canada à Vimy, à l’occasion du 100e anniversaire de la bataille historique de la Crête de Vimy, où l’artiste a ressenti un profond sentiment de deuil. Durant la cérémonie, elle a chanté Dante’s Prayer, tiré de son album The Book of Secrets, sorti en 1997.

« Ce qui se dégage de cette chanson est à mon avis intemporel et universel », explique Mme McKennitt, dont la toute nouvelle pièce rappelle le rôle qu’elle joue en tant qu’artiste et que colonel honoraire de l’Aviation royale canadienne.

La musique tisse une toile qui réunit la famille des militaires et les collectivités canadiennes. La chanteuse est accompagnée par la Musique centrale des Forces armées canadiennes, d’Ottawa, et la Stratford Concert Choir, établie à Stratford, en Ontario, où vit Mme McKennitt. Cette chorale, qui compte 90 chanteurs, est dirigée par Ian Sadler.

Le titre de la chanson est aussi celui d’un groupe de personnages sculptés qui font partie du Mémorial de Vimy, appelés les Défenseurs, plus précisément ceux qui représentent la Rupture de l’épée. Le Mémorial national du Canada à Vimy est constitué de 20 statues allégoriques. La plus grande, appelée Esprit du Canada, représente un jeune pays qui pleure ses enfants.

« Lorsque j’ai vu la statue Esprit du Canada, la tête penchée sous le poids de la douleur, je l’ai trouvée très émouvante et puissante, raconte Mme McKennitt. Lorsqu’une personne perd un enfant, le monde entier est envahi par le sentiment inimaginable de perte et de regret que cette personne éprouve. Ce sentiment transcende les frontières, les différences culturelles et même le temps. »

Mme McKennitt a écrit sa chanson à la première personne, du point de vue de la mère. Cette mère décrit le matin ensoleillé d’avril où son enfant est né, la vie de son enfant qui grandit, puis qui travaille dans les champs et dans les étables, à ses côtés. La guerre force son enfant à partir, et il est tué au combat.

« Pour ma part, c’est lorsque j’ai assisté à deux cérémonies de rapatriement que j’ai vécu de plus près ce que ressent une famille lors de la perte d’un de ses êtres chers, explique Mme McKennitt. La dernière fois que les familles avaient vu l’être cher qu’elles pleuraient, c’était au moment de son départ pour l’étranger. Cet être cher rentrait désormais au pays dans un cercueil. Je n’oublierai jamais les moments où j’ai vu les conjoints et les enfants aux prises avec cette triste réalité. »

« Au cours des onze années pendant lesquelles j’ai exercé la fonction de colonel honoraire, j’en suis venue à conclure qu’au moins trois types de familles vivent un sentiment de perte lorsque des vies sont sacrifiées : la famille immédiate, la famille des militaires et la famille constituée des collectivités dans lesquelles nos soldats tombés au combat ont vécu, ajoute Mme McKennitt. J’ai essayé de représenter chacune de ces familles dans ma chanson et j’ai symboliquement puisé à la fontaine de la Musique centrale des Forces armées canadiennes et de notre chorale communautaire. »

« Au sens où nous l’entendons de nos jours, les familles continuent de faire des compromis et des sacrifices énormes pour soutenir les militaires qui leur sont chers, peu importe la mission ou la tâche qui est confiée à ces militaires, qu’il s’agisse de missions de combat, d’aide humanitaire ou de recherche et de sauvetage, ou encore même du travail quotidien accompli dans le cadre de l’instruction ou d’opérations. En tant que citoyens, nous avons le devoir de manifester notre profonde gratitude aux militaires et aux membres de leur famille et, à tout le moins, de montrer que nous nous souvenons des soldats qui sont morts. »

À compter du vendredi 3 novembre, la chanson Breaking of the Sword sera vendue uniquement en version numérique par iTunes, Amazon Music Unlimited, Apple Music, Spotify, Google Play Music et d’autres détaillants numériques.

Mme McKennitt a également annoncé que le produit des ventes effectuées au Canada sera versé auFonds Appuyons nos troupes. Ce fonds permet d’offrir un soutien financier et de l’aide aux militaires des Forces armées canadiennes, actuels et anciens, de même qu’à leur famille.

Loreena McKennitt, dont le répertoire celtique éclectique s’inspire du pop, du folk et de la musique du monde, a vendu plus de 14 millions d’albums dans le monde. Ses enregistrements lui ont valu un disque d’or, un disque platine et un disque double platine dans quinze pays, répartis sur quatre continents. L’artiste a été en nomination pour un prix Grammy et a remporté le prix Juno à deux reprises, de même que le prix international d’excellence de la revue Billboard.

En 2014, elle a accepté le titre de colonel honoraire de l’Aviation royale canadienne après avoir exercé les fonctions de colonel honoraire du 435e Escadron de transport et de sauvetage, basé à Winnipeg, au Manitoba.

En 2013, Mme McKennitt a reçu le grade de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française. Elle est aussi membre de l’Ordre du Canada et de l’Ordre du Manitoba. En 2002 et en 2012, elle a reçu les médailles du jubilé d’or et de diamant de la reine Elizabeth II. Elle a présenté des spectacles dans des salles de concert historiques parmi les plus reconnues, du Carnegie Hall au fameux palais de l’Alhambra, à Grenade, en Espagne, et devant des dignitaires, comme la reine Elizabeth II et de nombreux chefs d’État.

-30-

www.LOREENAMCKENNITT.com/vimy

Relations de presse : Lise Raymond, (450) 486.3789, info@clraymond.com