C’est d’abord par le cinéma, dans les années 1980, que Chloé Sainte-Marie est connue du public, révélée par l’œil du cinéaste Gilles Carle dans des films où elle chante et incarne des rôles clés. Puis, à partir de 1999, elle lance sept albums essentiellement voués à la poésie québécoise. Au passage, elle refait vivre toutes les langues du territoire, le latin, l’innu, l’inuktitut, l’anglais, le français, l’exploréen, le créole, comme les traces métissées du paysage d’ici, en constant dépaysement. Parallèlement à son activité artistique, Chloé Sainte-Marie a pris soin de son conjoint Gilles Carle, atteint de la maladie de Parkinson. C’est en 2007, au plus haut point de l’épuisement, qu’elle a l’idée d’œuvrer sur un projet de société : celui de réunir personnes malades et proches aidants se relayant et se partageant la tâche afin de se donner à tous, un souffle, un répit.